Police de caractères:

Surligner les objets textuels
Colorer les objets :
 
 
 
 
 
 

Entrez une forme

options d'affichagecatégorie :
PÉDÉRASTE, subst. masc.
Homme qui éprouve une attirance amoureuse et sexuelle pour les jeunes garçons, enfants ou adolescents; p.ext., homosexuel. Anton. hétérosexuel.Pédéraste actif (de type masculin), passif (de type féminin); air, habitudes de pédéraste; monde des pédérastes. On cause pédérastie, et Huysmans dit que les pédérastes ne se reconnaissent pas tant à l'invite de l'oeil, à la tendance aux attouchements caressants, qu'à un certain aigu chantant et féminisé dans la voix (Goncourt, Journal, 1889, p.1090).Ce pédéraste avéré, opprobre de sa profession, fut assassiné, au cours d'une scène inénarrable de débauche (L. Daudet, Brév. journ., 1936, p.96).Beaucoup de choses [de l'oeuvre de Rimbaud] lui échappaient et il était choqué parce que Rimbaud était pédéraste (Sartre, Mur, 1939, p.172).La répugnance apeurée d'un honnête homme en butte aux avances d'un pédéraste (Sartre, Mots, 1964, p.62).V. homosexuel A ex. de Gide.
Synon. de homosexuel, inverti, pédophile, sodomite, uraniste; chevalier de la manchette* (pop., vx), chochotte (pop.; ds Bruant 1901, Rob., Bouss. 1973), jésus (arg.), clope (arg.; v. ce mot A), lopaille (arg.; rem. s.v. lope), lopette (arg.; dér. s.v. lope), mignon (v. ce mot II A en partic.), pédale2(arg.), tante (arg.), tantouse (arg.), tapette (arg.), tata (arg.).
Rem. Les corresp. fém. (homosexualité féminine) sont lesbienne, gouine (pop.), tribade (vx).
REM. 1.
Pédé, subst. masc.a) Abrév. pop. Les pédés de Saint-Germain-des-Prés, comme les maquereaux de Montmartre (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p.39).b) [En terme d'injure] Péj. Pauvre type. Ils ont le mors aux dents ces pédés, ce soir! (J. Cordelier, La Dérobade, 1976, p.32 ds Cellard-Rey 1980).
2.
Pédoque, subst. masc.,synon.Qui étaient les complices pour le rapt? (...) Et où on les trouve habituellement, ces pédoques? (Simonin, Touchez pas au grisbi, 1953, p.151).
Prononc. et Orth.: [pedeʀast]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1584 (Tabourot, Bigarr., fo163 vods Gdf. Compl.). Empr. au gr. π α ι δ ε ρ α σ τ η ́ ς «qui aime les jeunes garçons», comp. de π α ι ̃ ς, π α ι δ ο ́ ς «jeune garçon» et de ε ̓ ρ α σ τ η ́ ς «qui aime passionnément», dér. de ε ̓ ρ α ́ ω «être épris de». Fréq. abs. littér.: 90. Bbg. Quem. DDL t.23 (s.v. pédé).